Voyage d'étude aux Pays-Bas, avril 2017

 
 

Voyage d’étude optionnel pour les étudiants de DPLG4 aux Pays-Bas

Du 10 au 14 avril 2017 à Rotterdam, Delft, Wageningen, Culemborg, Utrecht, Flevoland.

Voyageurs : Charlotte Bon Yon de Jonage, Mathilde Bourrat, Martin Danais, Cerise David, Elise Desmeules, Camilla Duffy, Laurian Gascon, Tristan Geffray, Clément Lecuru, Mégane Millet-Lacombe, Alric Munoz, Justine Noel, Ken Novellas, Jonathan Patin, Marie Perra, Jérémy Pray, Camille Régimbart, Bérénice Rigal, Manuella Tessier, Joris Thau. Accompagnés par Auréline Doreau, Bertrand Folléa, Roberta Pistoni et Martin van den Toorn.


"To read these energy landscapes is to trace the history of our changing attitudes and capabilities."

Martin J.Pasqualetti, 2012

 

Les Pays-Bas composent un pays de terres en partie arrachées à la mer. L'artificialisation du territoire est très présente, et plus de 40% des sols sont sous le niveau zéro. L'ère du changement climatique impose de se poser la question des risques et des transitions nécessaires : inondations, approvisionnement énergétique, souveraineté alimentaire, .... Les équipes de recherche, les concepteurs et les politiques publiques se penchent sur ces défis, en abordant de façon frontale la question spatiale ; c'est notamment le cas du rapport sur l'énergie 2016 des Pays-Bas qui indique ainsi l'un des 3 principes majeurs « intégrer l'énergie dans une stratégie de planification spatiale ». 4 jours de visites ont été proposés aux 20 étudiants de DPLG 4 intéressés par le sujet. C'est l'occasion de rencontrer, au-delà des frontières de l'hexagone, une approche transversale et paysagère d'appréhension de la transition énergétique.

Lundi 10 avril 2017, étudiants et encadrants (Bertrand Folléa, Auréline Doreau) arrivent à Rotterdam. Martin van den Toorn, paysagiste et professeur de l'université de Delft, fait le guide : découvertes et critiques des places principales, des objets architecturaux, et du paysage urbain de Rotterdam. Les watersquare, des terrains de jeux, servent de stockage d'eau en cas de forte pluie. Une passerelle piétonne permet de rejoindre depuis l'auberge de jeunesse le quartier de la gare. Le Schouwburgplein, place publique réalisée par l'agence West 8, élance ses lampadaires d'inspiration type port industriel. En suivant le canal aménagé en espace public verdoyant et qu'accompagnent plusieurs modalités de transports, nous traversons le MuseumPark, conçu par Yves Brunier dans les années 90, et passons à travers le Kunsthal: nous voilà sur une digue urbaine, ligne haute parallèle au fleuve de la Meuse. Cette installation protège le cœur de ville d'éventuelles inondations ; le point le plus bas de la ville est à presque 7m sous le niveau de la mer ! Le pont Erasme, marqueur de la ville, mène aux expérimentations artistiques, et pour l'instant à l'état de prototype, qui tentent des réponses adaptatives face au changement climatique : des habitats-bulles sur l'eau et une forêt aquatiques où les arbres grandissent chacun dans sa bouée. Nos pas conduisent au nouveau Markthal qui met à l'honneur l'approvisionnement en produits alimentaires.
 
 
 
 
Benthemplein Watersquare, une réponse à la gestion de l’eau face à l’artificialisation des sols.

Benthemplein Watersquare, une réponse à la gestion de l’eau face à l’artificialisation des sols.
 
 
 
 

La journée universitaire du mardi 11 avril commence à l'université de Delft ; Nico Tillie, architecte-paysagiste et enseignant le projet de paysage et le développement durable, présente le waterplan de la ville de Rotterdam et ses travaux réalisés dans le cadre de sa thèse, questionnant la qualité de vie des cités bas-carbone. A l'université de Wageningen, les liens entre l'ENSP et les membres du NRGlab permettent d'assister au cours de Sven Stremke, chercheur et enseignant les paysages énergétiques durables. Sven Stremke est co-directeur de la thèse de Roberta Pistoni, qui suivra la suite du voyage d'étude. Les étudiants français et néerlandais de l'université sont mêlés pour cette intervention interactive concernant les « paysages et technologies énergétiques », donnée dans le cadre du cursus assuré par Ilse Voskamp. Grâce à l'ambassade des Pays-Bas en France, les français ont pu assister à la présentation du programme « Solutions métropolitaines » pour les Villes Vertes, assurée par Carmen Aalbers, chercheuse et coordinatrice dudit programme.

 
 
 
 
Cours de Sven Stremke à l’université de Wageningen

Cours de Sven Stremke à l’université de Wageningen
 
 
 
 

Le développement durable des paysages du quotidien néerlandais sont interrogées tout du long de la journée du mercredi 12 avril. A Culemborg, nous rencontrons Gerwin Verschuur, habitant et guide de l'écoquartier EVA-Lenxmeer. Cette portion de ville s'est construite à l'occasion de la stratégie nationale d'aménagement spatial, laissant la place aux initiatives citoyennes. L'écoquartier rassemble différents types de logement, dont les espaces verts sont en partie collectifs et entretenus par les habitants. Quelques écoles, bureaux d'entreprises et une ferme urbaine y prennent place. Nous prolongeons nos réflexions grâce à une visite en vélo d'Utrecht, sous la gouverne de Martin van den Toorn. Les voies cyclables et aménagements associés, ainsi que les relations avec les autres usages de l'espace sont analysés par les étudiants, qui restituent leurs observations au groupe, lors d'un arrêt à la faculté de lettres d'Utrecht.

 
 
 
 
Visite à l’écoquartier de Culemborg

Visite à l’écoquartier de Culemborg
 
 
 
 

Les aménagements spatiaux de grande envergure marquent la dernière journée de visite aux Pays-Bas. Nous visitons ainsi le port de Rotterdam, emblème de l'économie circulaire industrielle et premier port d'Europe. Les entreprises de renom international y ont leurs quartiers et travaillent de front pour mutualiser les besoins et circuits énergétiques. Le terminal Maasvlakte 2, nouvellement construit, est complétement automatisé ; les véhicules porte-conteneurs sont électriques et manœuvrés à distance par joystick. Le contour du polder construit pour le terminal est pensé pour d'autres usages : espaces naturels sensibles, enfouissement de déchets ultimes, plages, promenades et installations artistiques pour les habitants de Rotterdam. Les polders accueillent d'autres activités humaines ; c'est l'objectif de la déambulation de l'après-midi, au Flevoland polder. Sous le pilotage de Roberta Pistoni, le bus nous permet d'accéder à des emprises foncières réservées au solaire thermique, installées en entrée symbolique d'un quartier d'Almere. La structuration géométrique des parcelles du polder interfère jusqu'à l'organisation des activités qui y sont liées : chaque corps de ferme, en retrait à même distance de la route, est accompagné d'une éolienne. Les champs de tulipes, de céréales et des prairies se succèdent, observés depuis les axes de circulation. L'alignement d'éoliennes semi-offshore au nord de Lelystad composera le dernier site fréquenté au Flevoland.

 
 
 
 
Le terminal Maasvlakte 2, port de Rotterdam

Le terminal Maasvlakte 2, port de Rotterdam
 
 
 
 

Ce voyage d'étude a été agrémenté des connaissances partagées et d'exposés thématiques préparés savamment par les étudiants, retraçant les enjeux spécifiques des paysages de l'énergie néerlandais. Les journées denses et riches d'enseignements ont permis des rapprochements entre établissements de recherche et d'enseignements, et de confronter les connaissances de planification spatiale et de projet de paysage en France et aux Pays-Bas.