Workshop / Concours pluridisciplinaire "Imaginer le paysage énergétique du futur du Plateau de Saclay - février 2018

 
 

Du 27/02 au 02/03 2018, 7 équipes pluridisciplinaires ont transformé l'énergie de Saclay!

La transition énergétique est l'une des conditions essentielles pour limiter le réchauffement climatique accéléré constaté par la communauté scientifique internationale. Elle consiste à réduire drastiquement nos consommations d'énergie et à développer les énergies renouvelables en substitution aux énergies fossiles. Elle conduit à repenser profondément l'organisation de nos territoires : le développement urbain, les mobilités, les productions, la gestion de l'espace et des déchets.
Pour mettre en place cette transition, le métabolisme énergétique et territorial peut être un principe théorique fondateur, par la gestion des flux de matières en cycle sur un territoire donné. Quelles nouvelles formes circulaires de production d'énergies imaginer pour le Plateau de Saclay ? Comment y accueillir une ou des sources de production d'énergie renouvelable ? Comment le design de l'objet peut-il inspirer le design territorial, et réciproquement pour une transition énergétique heureuse, séduisante et appropriable pour les habitants ? Quelles sont les conditions pour la réalisation de ces ouvrages énergétiques pour un territoire autosuffisant en production énergétique ? Selon quelle qualité d'inscription dans les parcelles agricoles, les étendues urbaines, les quartiers résidentiels ? Quelles dispositions spatiales envisager en termes de mobilités, d'urbanisme, de production / transport/consommation d'énergies renouvelables, de gestion ? Comment concevoir un territoire durable à partir de ces propositions énergétiques ?
La création d'ouvrage de production d'énergie renouvelable sous forme d'oeuvre inscrite dans le territoire et les dispositions spatiales imaginées en termes d'urbanisme, de mobilités, d'économie, de gestion de l'espace et d'usages pour les populations, sont les résultats attendus de ce workshop.
 
 
 
 
Shifting Algae Forest
 
 
 
 
Concours Land Art Genarator Initiative (®LAGI) Freshkills park, NYC, 2012
Shifting Algae Forest,  J.Wolff, P. Richot, A. Sharm, E. Pattamasattayasonthie
 
 
 
 

Modalités du Concours/Workhsop

Les 4 jours de workshops ont été encadrés par une équipe internationale de professionnels du design, de l'architecture, du paysage et de l'ingénierie.

Le jury final a élu les 2 équipes lauréates et apporté son intérêt par des mentions spéciales à 2 autres équipes.

 

 
 
 
 

Une remise des prix publique à CentraleSupélec

Imaginer le paysage énergétique d'un plateau de Saclay à l'aulne de la transition énergétique ?  C'est le défi qu'ont initié la chaire paysage et énergie de l'ENSP, CentraleSupélec, l'ENSA Versailles, le Design Center de Saclay, la Diagonale Paris-Saclay aux étudiants de diverses formations. Du 27 février au 2 mars, de jeunes architectes, paysagistes, ingénieurs et designers ont imaginé des réponses spatiales et sensibles dans le cadre du workshop /concours « Imaginer le paysage énergétique du futur du plateau de Saclay ». Des équipes pluridisciplinaires de 5 étudiants ont proposé un avenir désirable qui donne à voir ces transitions.

Les réponses portent une réflexion mêlant art et technique inspirée du concours international Land Art Generator Initiative (LAGI), dont les deux directeurs, Elizabeth Monoian et Robert Ferry, ont été les invités du workshop. Les travaux des équipes donnent à voir la transition énergétique dans le paysage de Saclay, convoquant le design d'infrastructures d'énergies renouvelables en cohérence avec les ressources du site du Plateau, sans oublier la sobriété et l'efficacité des usages de l'énergie dans les modes de vie à venir.

Installés dans les nouveaux locaux de CentraleSupélec à Gif-sur-Yvette, les étudiants ont évolué dans un environnement de recherche à la pointe des énergies renouvelables et d'expérimentations artistiques et de conception en projet architecturaux et de paysage sur les transitions. Ils ont été accompagnés tout au long de la semaine par des experts des diverses disciplines venues de France et des Etats-Unis pour alimenter leurs productions.

Vendredi 2 mars 2018, un jury de haut niveau s'est rassemblé pour décider des deux équipes lauréates du concours, que qui leur alloue respectivement 1500€ et 500€ de prix. Le jury s'est composé de Michel Desvigne (paysagiste), Elizabeth Monoian et Robert Ferry (directeurs du LAGI), Eléonore Mounoud (maître de conférences à l'Ecole Centrale Supélec) Bertrand Folléa (paysagiste, agence de paysage Folléa-Gautier Grand Prix du paysage 2016), Odile Marcel (philosophe Collectif Paysages de l'Après-pétrole), Laurent Miguet (journaliste Paysages Actualités), Vincent Créance (directeur du design center), Christina Ottaviano (designer industriel), Patrick Le Gall (directeur adjoint du service Projets urbains pour la Communauté d'Agglomération de Paris-Saclay).

La remise des prix du concours « Imaginer le paysage énergétique du futur du plateau de Saclay » a eu lieu vendredi 2 mars 2018 à 19h à CentraleSupélec (bâtiment Eiffel). Cette séance publique a été l'occasion de féliciter la pertinence des propositions et de remercier l'ensemble des partenaires mobilisés pendant cette semine intense.

 
 
 
 

RÉSULTATS du workshop/concours

 

1er prix : équipe "Saclay-sous-bois"

2nd prix : équipe "Newloop"

Mention spéciale Président du jury (M. Desvigne) : équipe "le vent nous portera"

Mention spéciale du jury : équipe "regard vers le ciel"

 

 
 
 
 

Les propositions des équipes

« Re-penser les mobilités » _ Elis Lucca, Quiterie Nicolas, Charline Perrau, Charline Roussel, Alexandre Sab et Guilherme Vescovi

Les mobilités sur le Plateau de Saclay sont amenées à être fortement transformées pour répondre à l'augmentation des déplacements dus au développement du pôle universitaire, industriel et de recherche. Aujourd'hui, les espaces bâtis sont déconnectés les uns des autres et il faudra demain les relier, et même les faire rayonner au-delà des franges du Plateau. Cette analyse réalisée par l'équipe « Re-penser les mobilités » a permis de construire une proposition alliant plusieurs modalités de transport et leurs infrastructures associées. Ainsi, une promenade solaire, des téléphériques, et le métro aérien sont finement accordés par des trames hiérarchisées pour relier les espaces.

 
 
 
 
 
 
 
 

« Energy in motion » _ Marie Ferragut, Paul Gaucherand de Rochas, Marine Le Mao, Gabriele Leoncini, Elena Maj

Penser l'énergie comme un liant pour évoquer le commun est l'objectif de ce projet. Les identités actuelles régissant le Plateau de Saclay sont la riche histoire agricole, l'étalement urbain et la « French Silicon valley ». Fort de ces constats, l'équipe « Energy in motion » propose la création d'une voie cyclable solaire, traversant le plateau, qui permet de capter l'énergie solaire le jour et de la restituer par LED la nuit, en accompagnant le chemin de l'utilisateur de façon à préserver l'obscurité pour la biodiversité. Des tours agrémentées de panneaux solaires permettent de recharger les vélos électriques, constituant ainsi des bornes énergétiques. Ces objets servent également de belvédère, installés à proximité d'évènements paysagers spécifiques du Plateau de Saclay.

 
 
 
 

« Winds of change » _ Clément Gaillard, Titouan Lampe, Chloé Materne, Aliénor de Montalivet, Elsa Moutet

Le Plateau de Saclay semble être une île, surplombant les vallées alentours et portant sa propre identité agricole et logique de développement : l'expansion urbaine est menée par celle des centres universitaires et de recherche. Néanmoins, cette île est reliée à Paris notamment par un réseau d'infrastructures routières important, qui sera de plus en plus sollicité du fait de l'accroissement démographique du Plateau. Considérant ces autoroutes comme des lieux dignes d'intérêt et producteurs d'énergie fatale, l'équipe « Winds of change » propose de mettre en scène l'arrivée sur le Plateau par des implantations successives d'infrastructures récupérant le déplacement d'air provoqué par les véhicules. Ainsi, le long des autoroutes, se substituent depuis la vallée jusqu'au Plateau des rideaux de rubans vibrants, des éoliennes hélicoïdales puis des voiles à piston dynamiques pour produire de l'électricité.

 
 
 
 

« Regards vers le ciel » _Adèle Meidine, Gaëtan Philipot, Miguel Martín Carballo, Nicolas Patin, Charles Litzelmann

La frontalité entre le monde agricole et le cluster universitaire est conflictuelle, et le Plateau de Saclay peu connu des habitants. L'objectif de ce projet de paysage énergétique, porté par l'équipe « Regards vers le ciel » est d'investir la verticalité de l'espace par des ouvrages de production d'énergie actionnés par le vent. La symbolique du pont entre le ciel (la source d'énergie) et la terre (la vie) accompagne ce nouveau dispositif, variant suivant le site sur lequel il s'implante : valoriser le patrimoine agronomique existant, découvrir la richesse écologique du territoire, développer une recherche agricole de plein champ.  Pour marquer cette diversité, le format de l'infrastructure est modifié, mais la technologie est la même : une fibre carbone oscillant selon le vent, transformant l'énergie cinétique en électricité.

 
 
 
 

« Le vent nous portera » _ Thomas Grillon, Baptiste Lemoine, Sylvain Roshani, Charline Roussel, Elise Veller

Le vent n'est que peu ou pas mobilisé sur le Plateau de Saclay comme source de production énergétique. L'équipe « Le vent nous portera » a donc souhaité utiliser de multiples manières cet élément pour en faire un évènement identifié du Plateau. Au-delà de la production énergétique, les objectifs du projet sont de rendre visible la socialisation opérée par une nouvelle installation, de fédérer les acteurs du plateau, de créer une expérience sensorielle au travers du vent et d'intégrer ce projet à l'économie circulaire déjà existante sur place. La proposition comprend un chapelet d'éoliennes au sein duquel est inséré un moulin, le long de la route entre Toussus-le-noble et Saclay. Le moulin, objet de land art, concentre les activités : production d'énergie, fabrication de farine puis de pain, vente en circuits courts des produits agricoles locaux, espace de détente.

 
 
 
 

« Saclay-sous-bois » _ Roxane Boutin, Xavier Collar, Camille Félix, Olivier Troff, Anourak Visouthivong

Les terres agricoles du Plateau de Saclay sont parmi les plus riches de France. Avec l'arrivée du cluster universitaire, les besoins en alimentation, en énergie et en infrastructures deviennent de plus en plus importants. Lier transformations agricole, paysagère et énergétique est l'ambition du projet proposé. Partant des capacités offertes par le végétal, l'équipe « Saclay-sous-bois » s'est emparée d'une technologie utilisant les différences de potentiels chimiques à proximité de racines de plantes pour créer un courant électrique : une pile microbienne. Associée à un maillage de haies et de fossés dessiné sur le plateau, et dans l'optique de créer une agriculture résiliente, cette pile permet de fournir de l'électricité aux habitants du plateau en engendrant des espaces de convivialité.

 
 
 
 

« Newloop » _ Cécile Aouir, Manon Cadour, Louis Baudry, Théophile Corbier, Morgane Durand

L'analyse des dynamiques en cours sur le Plateau de Saclay oriente la recherche de l'équipe « Newloop » sur la dimension cachée des paysages énergétiques futurs. Relier activités urbaines, production énergétique et agriculture est l'objectif du projet. L'écologie territoriale est mise en scène par le déplacement de matière organique, résidu d'une consommation humaine (alimentation et déchets verts) pour devenir matière première d'un méthaniseur. Plusieurs méthaniseurs sont disposés en frange urbaine et alimentés par des capsules de matière organique, acheminés par rail. Le digestat est réutilisé pour assurer l'amendement des parcelles agricoles de proximité. Le nouveau réseau énergétique est le fondement d'un maillage de cheminements, créant un espace public.