Retour en images - Présentation des premiers lauréats de la Villa Le Nôtre

09 octobre 2015

 
 

La Villa Le Nôtre accueille ses premiers lauréats


Le 26 septembre 2015, en fin d'après-midi, en marge du festival de danse Plastique Danse Flore, les premiers lauréats de la Villa le Nôtre ont été accueillis à l'École nationale supérieure de paysage, en présence de François de Mazières, député-maire de Versailles, qui a apporté son soutien depuis les débuts du projet. Plusieurs mécènes et partenaires de la Villa Le Nôtre étaient aussi venus entourer les lauréates.

Cet événement ouvre les portes du cadre prestigieux du Potager du Roi aux cinq talents accueillis en résidence. Trois paysagistes sont attributaires des prix de la Villa Le Nôtre : Amélie Blachot, paysagiste, pour le prix Yves Brunier, Laurence Crémel, paysagiste, pour le prix Jean-Claude-Nicolas Forestier, et Léna Soffer, architecte et paysagiste, pour le prix Jean-Baptiste La Quintinie. Deux artistes, lauréates d'une bourse du Conseil départemental des Yvelines, développent un projet sur le site : Eugénie Denarnaud, artiste et paysagiste et Isabelle Olivier, musicienne, harpiste. (Voir la plaquette de présentation des différents projets).

Sous le regard aiguisé de l'auditoire, les lauréates ont exposé leur projet et les questionnements qui les animent, dans l'exploration de paysages : représentation et repérage des sites, dialogue avec les acteurs d'un territoire, ambiances sonores... nombreux sont les points communs entre ces projets et créations, ce qui nourrira le croisement de leurs approches. Amélie Blachot, en déployant une maquette en tissu, a donné un avant-goût de son projet de représentation plastique du territoire qu'elle poursuivra dans le cadre de sa résidence, sur le site de Versailles, ville et parc. Laurence Crémel, sous la statue de Jean-Baptiste de la Quintinie, testa auprès du public, la « carte radar » qu'elle avait préparée, conduisant les participants à élargir leur regard pour mieux se repérer et s'ancrer dans le site. Isabelle Olivier avait pu ouvrir le festival Plastique Danse Flore par un concert en plein air, au cœur du Potager du Roi, rendant compte du travail d'écriture musicale qu'elle a entrepris. Et Eugénie Denarnaud a pu conduire les invités devant l'installation photographique qui sert de révélateur aux « jardins pirates » urbain, objet de son travail de résidente.

La naissance de la Villa Le Nôtre a été possible grâce à l'engagement de partenaires aux côtés de l'ENSP et de l'association pour la villa internationale des paysagistes, présidée par Michel Audouy. Ainsi, non seulement les premières résidences débutent, mais un important programme immobilier de rénovation du corps de bâtiment de l'hôtel particulier de Jean -Baptiste La Quintinie, se met en place. Confortant des crédits d'État et de la Région d'Ile-de-France (représentée par Mme Bourrat-Housni, directrice de la recherche et de l'enseignement supérieure), des mécènes, entreprises ou particuliers s'engagent dans ce projet. Plusieurs d'entre eux étaient venus accueillir les premiers lauréats, notamment, le crédit Agricole d'Ile-de-France, représentée par le président de la Caisse régionale de Versailles (Ch. Roveyaz), La fondation du Patrimoine (H. Galzy) ainsi que RTE, partenaire fondateur de la chaire d'entreprise « Paysage et énergie », représentée par N. Devulder.

Claire Corajoud était là également et nous a conviés à une première visite publique de l'Atelier Michel Corajoud situé dans les locaux de l'école, rue Hardy.

Enfin, les lauréates ont pu découvrir les locaux mis à leur disposition pour leur résidence, dans l'Hôtel particulier de J.B. de La Quintinie. Là, au second étage, un appartement lumineux, récemment blanchi, meublé de tables à dessins et de mobiliers colorés, accueille maintenant les premiers pensionnaires.