Les lauréats 2016 et leurs travaux

17 octobre 2016

 
 

Sélection des premiers lauréats de la Villa Le Nôtre

Réuni le 25 mars, le jury de sélection des bourses Villa Le Nôtre a retenu les trois premiers lauréats, paysagistes en résidence, de la Villa Le Nôtre.

Six candidatures ont été déposées dans les temps, à l'issue de l'appel à candidatures lancé en octobre 2014. François de Mazières a souligné l'importance du rôle des paysagistes dans le renouvellement de la pensée de la ville. Avec lui, l'ensemble des membres du jury ont exprimé leur même attention pour cette première sélection :

  • retenir des projets lisibles, pouvant déboucher sur des propositions concrètes, restant visibles au delà des trois mois de résidence
  • mettre en valeur la capacité « inventive» et la création des paysagistes
  • valoriser la singularité et la dimension internationale

Grâce au mécénat engagé pour la Villa Le Nôtre, trois lauréates ont pu être retenues :

Les résidences, d'une durée de trois mois, débuteront à la rentrée universitaire 2015-2016.

Dans cette même dynamique de promotion de l'ENSP et du site du Potager du Roi, La Villa Le Nôtre accueille aussi en résidence deux artistes, lauréates d'un prix du Conseil général des Yvelines :

  • Isabelle OLIVIER
    Don't worry, be HaRpy
  • Eugénie DENARNAUD
    Bateau Pirate

Les travaux, installations ou évènements réalisés par les résidents donneront lieu à des échanges avec les étudiants, enseignants et personnels de l'établissement. Ils contribueront aussi à renforcer le dialogue avec les acteurs professionnels et les partenaires publics et privés concernés par le paysage.

 
 
 
 

Exposition Versailles - Sauvages d'Amélie Blachot

Née en 1985, Amélie Blachot est artiste et paysagiste DPLG.
Diplômée de l'École nationale supérieure de paysage de Versailles en 2011, elle développe un champ nouveau où les arts plastiques sont employés pour révéler les fondamentaux de paysage, naturels et anthropiques, d'un lieu.
Par sa représentation différente des villes et territoires, elle offre une nouvelle manière de regarder le paysage, permettant ainsi de révéler sa beauté et d'ouvrir au questionnement quant à sa transformation.

Lauréate de l'Édition 2016 du programme Yves Brunier de la Villa Le Nôtre, Amélie Blachot a terminé sa résidence à la Villa le Nôtre par une série d'expositions « Versailles - Sauvages » : Au Potager du Roi dans le cadre des journées du Patrimoine les 17 et 18 septembre 2016, au Carré à la Farine à Versailles du 27 septembre au 1er octobre, à la Nuit de la Création à Versailles le 1er octobre.

« Versailles - Sauvages » ou comment le cadre et la géométrie de la ville de Versailles permettent de révéler les perceptions et les mouvements du paysage intrinsèques à ce lieu.
Pour cette exposition, Amélie Blachot propose une représentation des éléments de paysage de la ville et du territoire de Versailles de manière artistique. Peintures, installations, dispositifs sonores et techniques mixtes sont convoqués pour proposer une lecture autre de la ville, celle de la rencontre entre la rigueur des tracés et les éléments de nature sauvage.
 
 
 
 
 
 
 
 

Conférence "Les cours plantées : une réponse sensible au défi climatique" - Léna Soffer

Les travaux de Léna Soffer, Architecte et paysagiste, lauréate de l'Édition 2016 du programme Jean-Baptiste de La Quintinie de la Villa Le Nôtre portent sur :
« La résurgence des sols en ville
».

Léna Soffer questionne la nature des sols urbains et la valorisation des sols fertiles dans les espaces privés des coeurs des îlots et semi-publics d'une ville dense. Dans ce contexte, associer sols et plantations, constitue une approche déterminante dans les projets de renouvellement urbain face au défi climatique.

Lors de sa conférence du 21 septembre à la Mairie du 4e arrondissement de Paris, Léna Soffer a présenté de manière synthétique les résultats de ses travaux :

« Après plusieurs siècles des bouleversements du sol des villes, nous constatons que les remblais, les déblais et le contrôle de la nappe phréatique sont l'expression de l'Anthropocène dans le territoire urbain.
L'espace public et l'espace privé partagent le même socle géographique, mais c'est dans l'espace de la cour où il est possible de créer des paysages intimes fondés sur le génie du lieu.
À partir de la carte des risques, qui traduit la nature du sol et l'essence du territoire, l'étude plonge dans la connaissance du socle urbain pour déterminer la palette végétale qui peut caractériser chaque entité géographique où se trouvent les cours.
Transformer les risques en opportunités pour ainsi d'établir un processus de réparation par les plantations suite aux effets de l'action de l'homme.
L'espace des cours représentent des milliers de mètres carrés dans la ville et sa plantation constitue une réponse sensible au défi climatique
».

Cette conférence s'est terminée avec un concert d'Isabelle Olivier, harpiste, résidente à la Villa Le Nôtre en 2016.