Un jardin du XXIe siècle

 
 

Un jardin partagé

Classé monument historique en 1926, et partie intégrante du site versaillais inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, le Potager du Roi est ouvert au public depuis 1991. Dans le jardin, les manifestations culturelles rythment l'année. Danse, expositions, théâtre investissent régulièrement le jardin. Le festival Plastique Danse Flore propose ainsi chaque année une rencontre avec la création contemporaine lors des Journées européennes du patrimoine et début octobre, les Saveurs du Potager valorisent la diversité de la production des fruits et légumes.

La présence de l'ENSP et la richesse des activités se déroulant au Potager du Roi confèrent à ce jardin une ambiance originale.
 
 
 
 

Un conservatoire des pratiques

Le Potager du Roi se donne pour mission de conserver les pratiques de taille à l'ancienne avec plus de 60 formes fruitières différentes.
Les démonstrations des différentes techniques historiques en culture fruitière et légumière devraient se développer. En revanche, le Potager du Roi n'est pas un conservatoire de ressources génétiques. La collection d'arbres fruitiers ne résulte pas de prospections sur le terrain mais, pour l'essentiel, d'achats chez des pépiniéristes. Quant à la collection de plantes légumières, elle a été également constituée par des achats réguliers et des dons.
 
 
 
 

Variétés anciennes et actuelles

'Ariane', 'Api', 'Angelys','Bon Chrétien d'hiver', 'Emma' et les autres.

Environ quatre cent-cinquante variétés fruitières et quatre cents variétés légumières récentes et anciennes sont cultivées au Potager du Roi. En effet, celui-ci a pour ambition de rendre accessible au grand public une large diversité de fruits et de légumes parfois peu connus et souvent rares.

Valeur gustative, facilité de culture, intégration dans le calendrier de production, curiosité ou valeur patrimoniale sont les qualités prises en compte par les jardiniers pour sélectionner les variétés.

30 tonnes de fruits et 20 tonnes de légumes produits chaque année au Potager du Roi.
 
 
 
 

Un jardin en évolution constante

Depuis sa création par La Quintinie, le jardin a connu de nombreuses transformations et il continue à changer d'aspect, confortant son rôle historique d'espace d'expérimentation et de démonstration.

Le renouvellement des arbres fruitiers, par exemple, est régulier. L'introduction des allées enherbées a quant à elle commencé seulement dans les années 2000. L'engazonnement répond au souci de diminuer fortement l'utilisation des produits phytosanitaires.

Plutôt que de faire la chasse aux adventices* sur des allées en terre battue, une des solutions a été de recouvrir ces dernières de gazon. Dans le même esprit, les jardiniers acceptent et encouragent maintenant la présence de certaines mouches et certains bourdons, certains champignons et certaines bactéries, certains mammifères et certaines plantes. Considérés comme des accompagnants et non comme des indésirables, ils modifient eux aussi la physionomie du jardin.

* adventice : une plante qui pousse là où on ne souhaite pas la voir se développer car elle risquerait d'entrer en concurrence avec les plantes cultivées.
 
 
 
 
Plastique danse flore 2010