Le jardinage étudiant au Potager du Roi

 
 
Chaque promotion d'étudiants paysagistes de l'Ecole nationale supérieure de paysage (ENSP) prend en charge un espace du Potager du Roi. Ils sont « guidés » par un jardinier artiste expérimenté.

Depuis 1986, le département d'écologie de l'ENSP programme des travaux pratiques de jardinage au Potager complétant les cours théoriques et travaux dirigés sur l'utilisation des plantes.

À chaque rentrée, la nouvelle promotion prend possession d'un terrain dans le Potager. Le parcellaire est tantôt repris du cycle précédent, tantôt redessiné par les élèves. Ils s'associent par trois ou quatre pour jardiner en équipe une parcelle de vingt-cinq à soixante mètres carrés pendant trois ans. Ils peuvent y cultiver toutes les plantes herbacées, vivaces ou annuelles, légumes, fleurs ou feuillages, plantées ou semées. L'organisation de la parcelle est leur affaire dans la mesure où ils respectent le cahier des charges : il leur est demandé de se limiter aux constructions utiles pour les cultures et faciles à démonter, et à des terrassements et décaissements limités à ce qui sert un propos jardinier. Il est imposé de ne pas planter d'arbres, d'arbustes, ni d'herbacées vivaces difficiles à éradiquer en fin de cycle, et de ne pas laisser un sol nu durant une saison entière ni de surfaces incultes. Enfin, il faut entretenir et stimuler la fertilité du sol et respecter les marges de passage avec les cultures voisines.

Une certaine « permissivité encadrée » est toutefois incontournable si les élèves sont convaincus de leur mission jardinière auprès des publics du Potager.

L'encadrement est assuré par des jardiniers enseignants expérimentés. Porteurs d'idées fortes sur le jardinage, qu'ils savent communiquer, ils doivent cumuler les qualités de jardiniers et d'artistes, seuls ou en s'associant. Présents dans le jardin quelques jours par mois, ils doivent écouter et conseiller les apprentis jardiniers tout en encourageant initiative et créativité, gérer avec les élèves les espaces communs et surtout jardiner leurs propres parcelles. Tout aussi expérimentales que celles des élèves (terrain nouveau, travail en équipe, temps de présence limité), celles-ci apportent démonstration par l'exemple.

Pour jardiner, les besoins sont minimes et les élèves doivent apprendre à échanger des plantes, à récupérer du matériel végétal. Chaque année, une modeste commande de graines apporte de la diversité et fait découvrir des espèces. On peut produire sous abri des plants qui seront disponibles au moment opportun - instructive attitude de prévision. Des plants en excédent sont donnés par les jardiniers du Potager, et les plantes vivaces sont récupérées, divisées et mises en jauge quand on remet à nu les parcelles en fin de cycle.

Chaque année, conjointement avec le département d'arts plastiques, un concours de jardinage est organisé fin juin pour stimuler l'activité jardinière des élèves et entretenir la convivialité entre les divers jardiniers du Potager, qu'ils appartiennent aux services de production et d'entretien, à la formation continue, ou qu'ils soient amateurs. Les jurés, jardiniers et artistes extérieurs et responsables d'équipes du Potager, donnent des conseils aux élèves et formulent un avis sur la qualité de leur parcelle. L'évaluation porte sur le bon état du sol, la vigueur des plantes, la diversité des variétés cultivées, la tenue de la parcelle, l'astuce des aménagements, l'originalité des résultats et du « moteur », mobile ou histoire inventée qui fait marcher, voire parler ce jardin (et ses jardiniers).
 
 
 
 
Jardinage 2 étudiant semis