Le comte Lelieur

 
 
De nouveau partie intégrante du domaine royal (1815), le Potager retrouve un nouvel élan jardinier. Le comte Lelieur replante beaucoup, renouvelle la collection. Grâce à la pépinière du Luxembourg, il atteste qu'il ne demeure plus d'arbres datant de La Quintinie, et fait restaurer par Dumontier les arbres qui peuvent être sauvés. Il rétablit aussi la culture des primeurs, et celle des asperges. Agronome, il poursuit ses travaux scientifiques afin d'améliorer les productions du Potager, fait avancer les recherches sur la taille des arbres, mettant fin, avec son ouvrage La Pomone Française, aux principes élaborés par La Quintinie. Entouré de collaborateurs compétents, comme Barthélemy Edy aux primeurs, il redonne au Potager sa renommée, crée une collection de vignes, introduits des variétés américaines dans les arbres fruitiers. Il se retire en 1818.