Carnet de bord du Potager du Roi - jeudi 24 septembre 2020

24 septembre 2020

 
 

Par Antoine Jacobsohn, Adjoint au Directeur en charge du Potager du Roi

Dans la deuxième moitié du mois de septembre, les écarts de température se sont accentués avec quelques journées à plus de 30° et des nuits descendant à 7° ou 8° C. Durant le mois d'octobre, les écarts vont s'estomper et la pluie va devenir récurrente. La saison est en avance s'agissant de la maturité des fruits et de la chute des feuilles. Les feuilles des arbres fruitiers sèchent, parfois même sans passer par leurs couleurs jaune vif (pruniers) ou rouge carmin voire bordeaux (poiriers). Les tiges et feuilles d'un certain nombre de plantes herbacées jaunissent, notamment les courges, ou attrapent des maladies et brunissent, comme les tomates.
 
 
 
 

Du côté des fruitiers

Le visiteur sera peut-être surpris de ne plus trouver des fruits sur les arbres. Avant tout, il est normal de ne pas trouver des fruits sur les jeunes plantations. Malgré la sécheresse et les canicules successives, le bon suivi des arrosages a permis aux plantations de ne pas trop souffrir des conditions météorologiques. Pour les fruits à noyaux (abricots, cerises, pêches et prunes), toutes les variétés ont été récoltées et vendues. S'agissant des fruits à pépins (principalement les poires et les pommes), la récolte peut se faire avant maturation totale des fruits c'est-à-dire avant qu'ils soient prêts à la dégustation. Ainsi, ils sont conservés et nous pourrions même parler d'affinage puisque l'objectif est de les accompagner jusqu'à la maturité de consommation lorsque leurs arômes sont décuplés. Cette manière de vous décrire les dernières récoltes est une invitation ouverte à venir à notre prochain évènement, Les Saveurs du Potager du Roi. Vous pourrez y découvrir la diversité de nos fruits et légumes de saison, ainsi que nos jus de poire et pommes édition 2020. On vous laissera juger, mais il paraît qu'ils sont délicieux !

 
 
 
 


arbre1


arbre


arbre3


juspompoire
 
 
 
 

Nos tomates

Si les tomates du Grand Carré ont des difficultés à mûrir, celles sous les tunnels du jardin de la Figuerie continuent d'être cueillies. Les variétés seront à découvrir lors des Saveurs du Potager du Roi, le week-end des 3 et 4 octobre prochains.
 
 
 
 



‘Golden Jubilee’, une belle tomate très douce qui produit tard dans la saison
 
 
 
 


tomate2
‘Andine cornue’, avec sa chaire épaisse et ferme, elle n’est pas juteuse et est l’une des variétés les plus anciennes
 
 
 
 


tomate4
‘Oregon State University Blue P20’ ou ‘Bleue P20’, la curiosité possède parfois des récompenses …
 
 
 
 



‘Brown Berry’, une des tomates cerises préférées des jardiniers du Potager du Roi
 
 
 
 

Signalétique dans le jardin

Dans le cadre de la première année menant au Diplôme d'État de Paysagiste, les étudiants réalisent en groupe, dans le cadre d'un exercice pédagogique, des maquettes pour des panneaux d'information destinés à commenter divers secteurs du Potager du Roi. Durant cet exercice, les étudiants sont sensibilisés au vocabulaire technique et aux différents outils de représentation (plan de masse, perspective, coupe, dessin botanique, ...). Une majorité de ces panneaux sont ensuite imprimés et installés dans le jardin pour les visiteurs.

Conçu sur un autre modèle, d’autres panneaux indiquent le calendrier de restauration et de replantation du Potager. Ils donnent à voir les travaux en cours et à venir :

  • la restauration du mur qui domine la Terrasse La Quintinie et qui délimite le nord du Grand Carré commencera en fin d'année 2020 ;
  • au jardin Du Breuil, après une période de remise en vie des sols, une plantation de diverses varités et porte greffes de plusieurs espèces d'arbres fruitiers est prévue afin de mieux choisir les arbres qui pourront s'épanouir dans le jardin dans cette période de changement climatique ;
  • entre le jardin Du Breuil et le jardin Legendre, la restauration du mur dit "M15", réalisée grâce au soutien du Wolrd Monuments Fund et d'American Express, est bientôt terminée ; les travaux ont impacté le sol et notre priorité sera ainsi de lui redonner vie afin de réussir la production des arbres fruitiers et la couverture du mur d’espaliers ;
  • au jardin Duhamel du Monceau, le végétal et l’animal sont à l’honneur ; la haie, qui a été plantée l’hiver dernier, est en bonne santé ; les moutons vont bientôt être déplacés pour l’hiver et le choix des variétés fruitières pour la plantation du pré-verger est en cours ;
  • les deux côtés du grand pan de mur qui sépare le Grand Carré des parcelles au sud seront restaurés au même moment que le mur de la Terrasse La Quintinie.
 
 
 
 


panneau1


panneau2


panneau3


panneau4


panneau5
 
 
 
 

Les futurs nichoirs

Fabriqués par les enfants lors de l'édition 2020 des Journées européennes du patrimoine, les nichoirs seront installés avant le printemps 2021. Merci à l’association Jardin passion partage pour l'animation des ateliers !

 
 
 
 



 
 
 
 

Exposition des oiseaux de la plaine de Versailles

Au rez-de-chaussée du bâtiment de La Figuerie, les visiteurs sont invités à découvrir une exposition portant les oiseaux de la plaine de Versailles. Créée en collaboration avec l'Association des naturalistes des Yvelines, elle comprend à la fois des panneaux, des nichoirs et des animaux naturalisés, le tout accompagné d'une installation sonore. L'exposition restera en place jusqu'à la fin du mois d'octobre. Un inventaire des oiseaux du site ainsi que des prises de vues photographiques sont en cours.
 
 
 
 



 
 
 
 

À voir sur le parking

À l'entrée de l'établissement, sur le parking, ont été installés seize palox en bois :
  • huit d'entre eux sont remplis d'une terre végétale en provenance de terres agricoles scalpées (substrat le plus foncé) ;
  • huit sont remplis d'un substrat issu de terres inertes, c'est-à-dire d'excavations de chantiers, mélangé avec du compost et répondant aux normes des terres végétales.

Douze des seize palox - six de chaque type de substrat - sont plantés avec des figuiers et des sauges (à savoir qu'au 17e siècle une des trois parcelles composant cet espace était cultivée avec des figuiers). Quatre des seize palox - deux de chaque type de substrat - ont reçu un « surfaçage » de terreau et sont semés avec un mélange de plantes pour constituer un "engrais vert" (des plantes qui poussent sur le substrat et qui sont destinées, avec l'énergie du soleil, à venir enrichir le substrat ou le sol). Un système d'arrosage automatique a été associé à chaque palox pour que la quantité d'eau fournie soit identique. Ce dispositif vise ainsi à évaluer les qualités des différentes terres utilisées, leurs potentialités et à sensibiliser à l'importance de la composante "sol" dans tout projet paysager.

 
 
 
 






 
 
 
 
Photos : Didier Plowy. École nationale supérieure de paysage, 2020.