Carnet de bord du Potager du Roi - mercredi 28 septembre

28 septembre 2022

 
 

Par Antoine Jacobsohn, adjoint à la Directrice, en charge du Potager du Roi

Jardin historique, jardin-école, jardin de production, jardin public... La manière de décrire le Potager du Roi revêt un enjeu capital pour ceux qui "font" le site. Aujourd'hui, dans ce Carnet de bord du Potager, nous traversons le jardin d'une nouvelle manière, en nous appuyant sur le travail de Bethsabée Warin, fraîchement diplômée de l'Institut agro Rennes-Angers, réalisé dans le cadre de son mémoire de fin d'études : « Le modèle économique durable : outil de mise en œuvre de la durabilité des fermes urbaines ? Le cas du Potager du Roi, site historique de l'École nationale supérieure de paysage », travail réalisé dans le cadre de sa formation en master à l'Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage.

 
 
 
 
PotagerduRoiDelbouis_ArnauldDuboysFresney_181113_0199

Vue aérienne du Grand Carré du Potager du Roi. Photo : Arnauld Duboys Fresney

Le mémoire de Bethsabée Warin est le fruit d'un stage de six mois effectué sur le site du Potager du Roi. Encadré par l'économiste Véronique Saint Gès, ce travail a permis d'associer une étudiante de l'Institut agro Rennes-Angers à trois autres institutions, l'Institut national de recherches pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE), l'Institut des sciences et de l'industrie du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) et l'École nationale supérieure de paysage, dans le cadre d'un projet de recherche européen intitulé Food Systems in European Cities (FOOD-E).

 
 
 
 
1_WARIN_page_de_titre

Bethsabée Warin nous rappelle que « la ville constitue aujourd'hui le principal lieu de vie des populations humaines » et que cette situation va se renforcer, passant de 55 % de la population mondiale en 2018 à 70 % d'ici 2050. C'est ce contexte qui accroît et renforce l'intérêt actuel pour l'agriculture urbaine puisque elle peut potentiellement participer à limiter l'étalement urbain, contribuer à la végétalisation urbaine et ainsi qu'un tant soit peu à la sécurité alimentaire des populations urbaines.

Partant de ce constat, avec quelle approche et quelle méthode fallait-il étudier le Potager du Roi ? La proposition de Véronique Saint Gès, dans le cadre du projet FOOD-E, a été d'appliquer le triple layered business model canvas (TLBMC) à notre site. L'introduction du mémoire présente la notion de business model et la manière dont ont été ajoutées au canevas économique initial de cette méthode deux nouvelles couches portant sur l'environnemental et le social (d'où le triple layered).

 
 
 
 
figure2

Business Model Canvas (BMC). Production : Bethsabée Warin

L'hypothèse émise par Bethsabée Warin est que la méthode TLBMC, qui a été largement appliquée dans le milieu de l'industrie, peut également l'être aux structures professionnelles de l'agriculture urbaine. Les trois canevas (ou fiches) permettent à la fois de se poser les bonnes questions et de faciliter les comparaisons entre structures (ce qui renforce la qualité des questions posées).

 
 
 
 
figure3_1
 
 
 
 
figure3_2
 
 
 
 
figure3_3

Production : Bethsabée Warin

Pour remplir les fiches, Bethsabée Warin a collecté des données, identifié les activités, défini l'écosystème et proposé un business model durable. Cette méthode a permis d'aller vers la définition d'une stratégie et la mise au point de préconisations. En plus de la collecte de données et de la mise à l'épreuve des canevas du TLBMC, une quinzaine d'entretiens ont été conduits et intégralement retranscrits pour nourrir le travail réalisé.

Si les critères du canevas économique ont été appliqués de nombreuses fois dans diverses situations et apparaissent comme solides, les indicateurs de durabilité des canevas environnemental et social n'ont pas encore pu être testés de la même manière. Bethsabée Warin a accompli un travail important pour choisir, éprouver et affiner les différentes possibilités. Il y aurait bien d'autres choses à en dire mais, dans le cadre de ce Carnet de bord, nous allons présenter principalement la figure 9 de son mémoire : un schéma qui permet d'identifier et de visualiser les principales activités et sous-activités du Potager du Roi.

 
 
 
 
figure9

Production : Bethsabée Warin

Ce schéma est une opportunité de comprendre le Potager du Roi autrement. Il est fondamental de faire remarquer que c'est la personne physique (le site) qui est identifiée et non pas la personne morale (l'entité juridique).

Au centre du schéma est inscrit « Activités du Potager du Roi ». Il aurait été possible d'y inscrire « Activités de l'École nationale supérieure de paysage » mais il aurait alors fallu prendre en compte le site de l'école de paysage à Marseille, qui n'est pas un jardin en milieu urbain. A noter que la série d'activités correspond à la mission de la personne morale qu'est l'École nationale supérieure de paysage qui n'est pas l'organigramme ou un décalque de l'organisation des services.

En partant du haut à gauche, et en progressant dans le sens des aiguilles d'une montre, il y a la formation, l'expérimentation, le service et le culturel, le merchandising, la conservation et le patrimoine, ainsi que la production et la vente. Il s'agit d'une organisation en termes de production de valeur (économique, environnementale, sociale) et non pas de fonctionnement. En ce sens, il ne peut pas y avoir une activité de production sans vente, mais il peut exister une activité merchandising sans production sur place.

Ce schéma donne à voir la multiplicité des activités du Potager du Roi identifiées par Bethsabée Warin, qui n'est pas nécessairement présentée comme telle par les différents acteurs du Potager. Chaque partie prenante est en effet concernée principalement par une ou deux activités et non par l'ensemble. Les interrelations entre les activités sont explicitées spatialement et fonctionnellement en vue de l'élaboration d'un modèle économique durable pour le Potager.

Pour décrire et mieux comprendre ce qui nous entoure, une approche structurale présente ainsi bien des avantages. Nous devons aujourd'hui réussir à en tirer les enseignements pour choisir ce que nous voulons garder et transmettre.

Merci à Bethsabée Warin pour son implication constante et sa présence sereine. Après plusieurs mois sur le site à partager les bureaux des jardiniers, puis quelques semaines de congés, Bethsabée revient cet automne et cet hiver pour quelques mois de plus. Elle va en effet continuer son travail en complétant le TLBMC et en commençant la comparaison entre celui du Potager du Roi et celui d'un autre équipement public d'agriculture urbaine de la région parisienne.

FoodE
This project has received funding from the European Union's Horizon 2020 research and innovation programme.