Exposition Rus in urbe de Vladimir Guculak

26 août 2021

 
 

Du 11 septembre au 31 octobre 2021

L'École nationale supérieure de paysage est heureuse d'accueillir sur les murs du Potager du Roi, l'exposition photographique Rus in Urbe présentée par l'architecte paysagiste lettonien Vladimir Guculak. Les éléments primaires du Potager du Roi ainsi que de nombreux autres jardins comprenant souvent des arbres fruitiers, des plantes, des chemins de pierre et des murs, sont les sujets de photographies qui explorent une autre dimension de ces objets familiers. L'exposition est présentée du 11 septembre au 31 octobre 2021.
 
 
 
 
Redimension_expositonVG

Photographie de Vladimir Guculak
 
 
 
 

Un jardin productif est un jardin en transition. Les saisons changent, les arbres poussent et sont taillés et les fruits sont récoltés. Les plantes évoluent constamment et l'espace se libère de temps en temps. Là où les vieux arbres fruitiers s'éteignent, l'art trouve un refuge temporaire.

Dans la nature, le camouflage est défini comme la coloration ou la forme naturelle d'un animal qui lui permet de se fondre dans son environnement. Dans les environnements urbains, les hommes ont décidé que pour que les structures artificielles disgracieuses se fondent dans le paysage, il valait mieux qu'elles se démarquent. Afin de paraître "naturel" et de s'intégrer, nous utilisons des images artificielles de la nature pour couvrir tous les aspects de la ville, qu'il s'agisse d'un chantier de construction, d'une poubelle ou d'une balustrade devant un affichage publicitaire.

En recréant des paysages d'apparence naturelle dans des endroits où ils n'existeraient jamais, les hommes tentent ainsi de créer une nouvelle impression construite, une image, une idée d'un environnement naturel. Nos souvenirs lointains de la campagne sont dilués, digérés et recrachés sous la forme d'un collage vert où les arbres, les arbustes et les herbes sont chorégraphiés, sans effort, où la luxuriance persistante et les textures homogènes ne s'estompent jamais.

Hungry City est une série de photographies très colorées qui dépeint le surplus, le gaspillage et la pourriture des fruits dans les rues de Londres. Ses parcs, ses terrains communaux, ses jardins et ses rues sont étonnamment pleins de fruits comestibles. La plupart des gens ne remarquent pas cette abondance et oublient de lever les yeux vers la cime des arbres qui entourent nos quartiers. Ce n'est que lorsque les fruits mûrs tombent sur le sol que nous y prêtons attention. Souvent, au moment de la décomposition, nous nous rendons compte de l'occasion manquée. Nous souviendrons-nous de revenir la saison prochaine pour transformer l'abondante récolte en délicieuses friandises ou en conserves ?

"Si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le troisième plus grand contributeur de CO2 après la Chine et les États-Unis. 70 % de la nourriture gaspillée au Royaume-Uni l'est par les citoyens chez eux. 81 % des citoyens sont préoccupés par le changement climatique, mais seulement 37 % réalisent le lien avec le gaspillage alimentaire." Le surplus doit être reconnu, redistribué et utilisé. Tout le monde apprécie un fruit sucré, alors pourquoi ne pas profiter de ceux qui poussent déjà localement, souvent gratuitement et parfois littéralement sur le pas de notre porte.

Les roches, les pierres et le gravier font par ailleurs partie intégrante de l'aménagement de nos jardins depuis des siècles. Ils font l'objet d'une série qui leur est dédiée dans l'exposition. Qu'il s'agisse d'un simple chemin ou d'un jardin japonais méticuleusement conçu, les hommes ont toujours été fascinés par les qualités pratiques et esthétiques de ce matériau naturel polyvalent. Aujourd'hui, dans nos villes, un nouveau type de jardin de rocaille émerge, un jardin de déplacement est la dernière mode. Les jardins de roches métropolitains composés de blocs et de galets sont assemblés pour séparer et restreindre le mouvement, définir des zones et empêcher les plantes ou les personnes d'occuper un espace.

Enfin, Hortus Mortus est une série consacrée au jardin "mort". La signification originale de hortus mortus définissait une collection de spécimens séchés avant que le terme herbier ne devienne plus populaire au début du 18e siècle. Selon Vladimir Guculak, hortus mortus est pourtant bien un moment de célébration d'un jardin en transition, lorsque l'essence d'une fleur se transforme en une graine, promesse d'un autre jour, d'un grand potentiel.

 
 
 
 

L'auteur

Né en Lettonie en 1988, Vladimir Guculak s'est installé en Écosse pour étudier l'architecture paysagère à l'Edinburgh College of Art. Après avoir obtenu son diplôme en 2012, il poursuit sa carrière dans le design à Londres. Il a depuis enseigné en tant que maître de conférences à l'Université de Kingston, à l'École nationale supérieure de paysage, à l'Université de Greenwich et, plus récemment, à la Bartlett, UCL.

Parallèlement à son travail de conception paysagère, il utilise différents supports et observations du paysage pour créer des œuvres d'art qui explorent le hasard comme principe d'ordre, dévoilent des perspectives cachées et enregistrent les épopées dans le quotidien.

 
 
 
 

Infos pratiques

Tarifs (billet d'entrée au Potager du Roi) :

Tarif plein - 5 €

Tarif réduit - 3 €

Contrôle du passe sanitaire à l'entrée

Horaires : Du mardi au dimanche de 10h - 18h

Accès :

Accès par le 10 rue du Maréchal Joffre, Versailles
RER C (Invalides) / Versailles Château - Rive Gauche
Ligne N (Paris-Montparnasse) / Versailles Chantiers
Ligne L (Paris-Saint-Lazare) / Versailles - Rive Droite
Parking payant cathédrale Saint Louis