La taille fruitière, un savoir-faire d'excellence

21 octobre 2019

 
 


Photo : Arnauld Duboys Fresney.
Photo : Arnauld Duboys Fresney.
 
 
 
 

Pour beaucoup d’experts et de producteurs de fruits, les formes fruitières et les techniques de taille qui leur sont nécessaires, n’ont plus aucune utilité économique aujourd’hui (voir De la taille à la conduite, par E. Leterme et J.-M. Lespinasse ou les articles scientifiques de Pierre-Eric Lauri). C’est une des raisons pour lesquelles les experts en taille fruitière, notamment sur la conduite de formes complexes, sont très peu nombreux en France.
 
Quelques-uns des savoir-faire pratiqués au Potager du Roi sont ainsi rares et extrêmement précieux. Certains des hommes qui y ont travaillé sont de véritables « patrimoines vivants ». Les cours d’arboriculture fruitière proposés par le département de la formation continue de l’École nationale supérieure de paysage connaissent dès lors un franc succès.
 
Les jardiniers du Petit Trianon du château de Versailles, en charge notamment du « potager de la Reine » (ne se visite pas – 3 jardiniers dédiés – 1ha - production exclusivement destinée aux tables du restaurant étoilé d’Alain Ducasse au Plaza Athénée), sont par exemple venus début 2019 mettre à jour leur pratique de la taille fruitière au Potager du Roi.
 
Deux raisons essentielles incitent à maintenir sur le site et à transmettre ce patrimoine immatériel :
 
  • la tradition culturelle et la valeur d’exemple : de nombreux lieux possèdent encore un patrimoine de formes fruitières à conserver et à entretenir ; les jardins potagers et fruitiers de châteaux sont les plus connus mais il existe aussi des jardins familiaux ou associatifs et des jardins de particuliers ;

  • la connaissance de l’arbre et la recherche : cette pratique est une démonstration de la compréhension de la physiologie de l’arbre, une compréhension qui est utile y compris pour des interventions sur le végétal ligneux, et c’est un objet de recherche en soi autour de la taille fruitière à l’ancienne (17ème, 18ème et première moitié du 19ème siècle) sachant que sa mise en pratique recèle un potentiel intéressant pour l’arboriculture fruitière urbaine d’aujourd’hui.

> CE QUE L'ÉCOLE A FAIT
 

LE CAMPUS D’EXCELLENCE ART ET PATRIMOINE

L’effort pour développer la formation des jeunes générations de jardiniers et encourager leur pratique fait partie des priorités de l’établissement. L’École nationale supérieure de paysage est ainsi partie prenante du tout nouveau Campus d’excellence art et patrimoine, Les Chantiers de Versailles, lancé cette année à l’initiative du Rectorat de l’Académie de Versailles en collaboration avec un ensemble d’acteurs, dont les universités de Cergy-Pontoise et de Paris Saclay, l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, la Région Ile-de-France, les Conseils départementaux des Yvelines et des Hauts-de-Seine et l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles. Le site du Potager du Roi constituera le site de formation pratique privilégié du pôle de formation des métiers de l’horticulture et des espaces paysagers du Campus.

Le partage d’expérience est également envisagé dans une logique de réseaux à l’échelle internationale que ce soit avec des jardins en Allemagne ou encore Mount Vernon, demeure du premier président américain aux portes de Washington DC. 

 
 
 
 


taille fruitière
 
 
 
 
Photo : Fonds ancien