Le GIE Pépinières Franciliennes offre à l’École nationale supérieure de paysage 16 plants d’arbres et arbustes pour le jardin Le Nôtre du Potager du Roi

23 mai 2019

 
 

Billet par Antoine Jacobsohn

Au 17e et 18e siècles, la culture des fruits et des légumes, l'expérimentation des techniques de production agricoles, étaient des activités valorisées et même qu'elles étaient belles et visitables. Le 19e et 20e siècles semblent avoir considéré que les plantes utiles ne suffisaient pas à elles-mêmes, et qu'il fallait la présence de plantes ornementales, sans fonction autre que l'embellissement pour que les espaces soient dignes d'intérêt esthétique.

Dans le cadre du schéma directeur de l'École nationale supérieure de paysage pour la restauration et la valorisation du Potager du Roi, les jardiniers ont supprimé les rhododendrons (horticoles) le long du mur sud (et exposé au nord) du jardin Le Nôtre. Ces plantations dataient, semble-t-il, des années 1950. N'étant plus en bonne santé, notre choix a été de les remplacer par une série d'arbres « fruitiers » : amandier, arbousier, cognassier du Japon, figuier, kaki, nashi, noisetier, sureau. C'est le début de la transition vers un paysage comestible dans cet espace dédié à accueillir des manifestations publiques et privées.

C'est notre premier essai avec un amandier de la variété ‘Princesse'. Il faudra attendre l'année prochaine pour le voir fleurir et savoir s'il est auto-fertile.

C'est aussi le premier pied d'une plante portant le label « Végétal local », dans ce cas le Sambucus nigra, ou Sureau. « Végétal Local » est une marque nationale créée en 2014 par la Fédération des Conservatoires botaniques nationaux, l'Afac-Agroforesteries et Plante & Cité. Elle assure des végétaux d'origine locale sauvage, porteurs de diversité génétique et issus de graines collectées dans le respect des milieux naturels.

C'est l'arrivée, finalement, de deux pieds de la figue ‘Blanche d'Argenteuil'.

Nous continuons donc les expériences autour des espèces et leurs variétés qui s'adaptent aux sols du Potager du Roi, à ses différentes expositions, à son climat, ainsi qu'aux méthodes de culture actuelles.

Nous remercions le GIE Pépinières Franciliennes pour cette collaboration simple et agréable.