Le goût du paysage

 
 

Un billet pour un restaurant, par Antoine Jacobsohn

Dans le cadre de la programmation du goût du paysage d'Alexandre Chemetoff pour la Biennale d'architecture et de paysage, les visiteurs peuvent faire tous les dimanches une expérience culinaire renouvelée. A chaque week-end, une manière différente de sentir et de consommer notre paysage à tous.

Le paysage, c'est l'interaction des personnes avec leur milieu. Les visiteurs ont donc l'opportunité de goûter et d'acheter les produits de paysans-producteurs à l'Épicerie-buvette et au Petit marché. Ils peuvent aussi, moyennant un petit billet à l'Atelier culinaire, découvrir comment des chefs imaginent et transforment ces produits.

Le paysage n'est pas seulement ce que nous regardons, nous traversons, nous habitons, c'est aussi, précisément, ce que nous écoutons, ce que nous sentons et ce que nous mangeons. Notre intimité, notre for intérieur, est touché, physiquement, par le paysage. Les vibrations des sons : est-ce que les écouteurs ne sont pas un des éléments qui nous séparent de notre environnement, pour le mieux mais aussi pour le pire ? Les odeurs, les parfums : évocateurs mais aussi source d'attraction ou de répulsion. Au moment de manger, tous nos sens en éveil, nous mettons du paysage, les produits de nos paysages, à l'intérieur de notre corps.

Donc, chaque dimanche, une nouvelle découverte de comment il est possible d'imaginer notre paysage. A l'ouverture début mai, ce furent les fruits et les légumes ainsi que les agneaux d'Ile-de-France façon couscous, par le chef Romain Alinat. Le dimanche 19 mai, c'était le chef Teshima qui couvrait d'herbes du Potager du Roi des gaufres de pommes de terre, qui faisait des brochettes de poulet (et d'asperges), toujours d'Ile-de-France, façon barbecue japonais, et qui terminait par une extraordinaire et simplissime crêpe fourrée de rhubarbe et de crème chantilly façon rouleau de printemps.

Goût du paysage, c'est finalement le nom d'un restaurant pop-up qui vous est proposé dans les jardins de l'École nationale supérieure de paysage. Le 2 juin, le chef Edward Delling-Williams sera aux fourneaux. Le 9 juin, Michaël Pankar. Le 16 juin, Jean-Baptiste Lavergne-Morazzani. Le 23 juin, un chef invité surprise. Le 30 juin, Nino d'Amico et Romain Alinat. Le 7 juillet, Romain Alinat de nouveau. Et le samedi 13 juillet, un chef invité surprise.

« Restaurant » vient de verbe « restaurer ». Et le Trésor de la langue française, donne comme première définition (à partir du Dictionnaire de l'Académie française de 183) : « Aliment, boisson qui restaure, réconforte, redonne des forces ».

Pour en savoir plus sur la Biennale d'architecture et de paysage et sa programmation à l'École nationale supérieure de paysage, cliquez ici