Le jardin Duhamel du Monceau

22 juillet 2019

 
 
 
 
 
 

Point d’étape du projet de restauration – juillet 2019

Situé au sud/sud-est du Potager du Roi et de la bande dite des Onze, le jardin Duhamel du Monceau fait aujourd'hui l'objet d'un vaste projet de restauration et de requalification programmé sur trois ans. Rendu possible grâce au soutien d'un donateur privé, ce projet vise notamment à étendre le pré-verger, afin de développer la production de fruits à jus, et à améliorer l'accessible et la lisibilité du Fruticetum.

Depuis le mois de mars, de nombreuses interventions ont eu lieu et la progression a surtout été marquée par des moments de chantier intégrant des étudiants de première année de l'École nationale supérieure de paysage, stagiaires au Potager du Roi, les jardiniers du site ainsi que des enseignants du département Écologie.

La clôture vétuste (piquets, grillage) de l'actuel pré-verger et les piquets de protection des arbres ont été retirés, tandis que le roncier a été fauché. Les tiges sarmenteuses, une fois coupées au croissant, ont été réparties en andains pour être broyées à plusieurs reprises au broyeur à fléaux. Le broyat haché finement permettra d'alimenter les paillages des parcelles des étudiants. L'ancienne bergerie a également été démantelée et le saule marsault à proximité émondé. Les sujets les moins vigoureux des arbres fruitiers utilisés par la formation continue pour la démonstration, situés au nord du pré-verger, ont été retirés car trop contraignants pour l'installation de la clôture du pré-verger.

Le pré-verger étant désormais simplifié et désencombré, l'installation de la clôture a pu être amorcée en commençant par les pieux aux extrémités et les pieux intermédiaires, renforcés par des jambes de force, sachant que certains sont destinés à supporter les portails de bois. Les fils de tension entre les pieux, sur lesquels accrocher le grillage, ont été installés début avril. Des crampillons ont été cloués sur chaque piquet intermédiaire et pieu. Le fil inférieur a été le plus difficile à installer car positionné au ras du sol. Une petite tranchée s'est avérée nécessaire pour faciliter son passage et la fixation du grillage fin avril.

Le 3 mai dernier sont arrivés les premiers moutons du berger Olivier Marcouyoux pour le pâturage.

Enfin, la première quinzaine de juillet, un paillage a pu être installé en prévision de la plantation de la haie (jeunes plants forestiers) à l'automne/hiver prochain. Une épaisse couche de matière organique a été répandue sur le sol et couverte par une bâche tissée sur environ 150 mètres linéaires. Le couvert herbacé occulté sous cet ensemble devrait être digéré par la faune du sol. Nous espérons ainsi trouver au moment de la plantation une terre meuble, nourrie, aérée.
Chantier à suivre ...