Programme Seine-Aval 4. Les enfants du fleuve : paysages vécus et paysages perçus de l’estuaire de la Seine. (2008-2011)

 
 

Chercheur du LAREP impliqué

 
 
 
 
Anne Blouin et Alain Joubert
 
 
 
 

Résumé du programme

Vouloir décrire un paysage n'est pas chose aisée : à la polysémie du terme correspond la diversité des approches, et donc la diversité des manières de décrire ou des caractères retenus dans la description. Le conseil de l'Europe s'est emparé du concept, et dans un souci d'harmonisation, a précisé ce que les différents pays européens doivent entendre par « paysage », comment il doit être étudié et quelles politiques doivent être mises en œuvre pour le protéger. Normalisation qui sera reprise par le Bureau des paysages du ministère de l'Environnement en France, dont la production en matière de guides et de méthodes fut particulièrement prolifique. Bien que ces préconisations à caractère largement technocratique ne soient pratiquement pas toujours respectées, elles servent aujourd'hui de maître étalon, et toute recherche se doit donc de « faire avec » un outillage conceptuel et une terminologie souvent ambigus, pas toujours adaptés.

Le point de vue que nous avons développé est celui du paysagiste. C'est à l'une d'entre elles, Anne Blouin, originaire de la région et bonne connaisseuse du terrain, que fut confié l'inventaire des paysages de la Basse-Seine, assistée de Didier Bouillon et Alain Joubert. Si les outils d'inventaire utilisés furent des plus conventionnels (recherche bibliographique et documentaire préalable, lecture des cartes et photographies aériennes, et surtout observations et relevés de terrain, restitués par dessins et blocs-diagrammes, complétés par des entretiens auprès des acteurs ou habitants), la démarche globale - l'approche systémique - l'est moins pour un paysagiste, plus familiarisé avec ce qu'ils appellent eux-mêmes « l'approche sensible », sans qu'il leur soit d'ailleurs toujours possible de définir celle-ci de manière claire.

L'originalité de la méthode réside dans l'importance première donnée aux éléments constitutifs du paysage. Si ce dernier est considéré comme un système, il convient d'abord d'en identifier les éléments constitutifs (vocabulaire paysager), puis les rapports que ces éléments entretiennent entre eux (syntaxe paysagère). C'et la description des différents types, des variantes et de leurs occurrences, de leur disposition dans l'espace et de leur importance diachronique qui fondera - ou non - la pertinence des unités et entités de paysage.

 
 
 
 

Résultats

BLOUIN Anne, La vallée de la Seine, description paysagère à l'échelle de la vallée, Versailles, ENSP, mars 2010. 79 p.

BLOUIN Anne, La vallée a un goût de paix et de guerre, intervention lors du séminaire GIP SA, 8/09/2009.

BOUILLON Didier, JOUBERT Alain, Les enfants du fleuve, paysages vécus et paysages perçus en Seine-Aval, rapport de synthèse, Versailles, ENSP, 2012. 21 p.

BOUILLON Didier, JOUBERT Alain, PENNA Wandrille, Fonds documentaire Bruno Penna, inventaire, Versailles, ENS du Paysage, 20012, 85 p.

SIROST Olivier, MELIN Hélène, LECŒUR Marie, BOUILLON Didier, Sequana : constructions sociales de l'estuaire de la Seine, rapport de recherche Seine-Aval 4, oct. 2012, 180 p.

 
 
 
 
logo LAREP