Thèse de Fanny Romain

 
 
Direction : H. Davodeau et P. Donadieu

La construction contemporaine des paysages fluviaux urbains :
le fleuve, une infrastructure paysagère au service d'une image de renaturation urbaine
(le cas de deux villes nord méditerranéennes : Perpignan et Montpellier).

Thèse soutenue en 2010
 
 
 
 

Résumé

Un engouement pour la réhabilitation des rivières urbaines se manifeste actuellement au travers de nombreux projets d'aménagements paysagers de berges fluviales. Cette construction contemporaine des paysages fluviaux influe sur l'imaginaire et les formes urbaines, jusque dans certaines villes nord méditerranéennes, qui se sont historiquement protégées et distanciées de leurs cours d'eau torrentiels. Ce phénomène révèle-t-il un renouvellement des manières de concevoir l'aménagement urbain, voire « l'urbain » même ?

L'hypothèse de recherche défend en effet l'idée que le fleuve est en passe de jouer un rôle structurant dans certaines villes du midi français, en initiant leurs stratégies de développement. Nous cherchons à vérifier cette idée par une étude approfondie des projets relatifs aux paysages fluviaux de Perpignan et de Montpellier : description des pratiques d'aménagement du fleuve, de ses transformations matérielles, et des discours écrits et oraux (recueillis dans la presse, les documents de projets, et les entretiens réalisés). Les résultats montrent que le fleuve n'est plus une frontière mais une nouvelle centralité urbaine. Au cœur des stratégies urbaines, il remplit désormais une fonction d'infrastructure paysagère et est reconnu comme patrimoine biologique et paysager. La ville est perçue comme « renaturée » par le fleuve, qui lui apporte une matérialité végétale authentique, ainsi qu'un repère géographique fondamental.

Mais l'attractivité urbaine du front d'eau prend-elle suffisamment en compte les spécificités physiques de ces fleuves, et notamment leurs besoins d'expansion ? Quelles sont les limites du passage de ces cours d'eau comme biens de production, au symbole de nature qu'ils sont désormais devenus ?

 
 
 
 
 
 
 
 
logo LAREP