Thèse de Nathalie Dumont-Fillon

 
 

Direction : P. Donadieu
ENGREF

Le rôle des politiques publiques dans la construction des paysages et des patrimoines. Le cas de deux sites (le marais Vernier et la Roche Guyon) dans des parcs naturels régionaux
Thèse soutenue en 2000

 
 
 
 

Résumé

Dans des territoires français en mutation pris en charge par les pouvoirs publics, des politiques publiques de paysage et de patrimoine voient le jour afin de réduire le décalage entre l'évolution du territoire passée ou prévisible et les paysages souhaités.

Elles s'appuient sur des textes juridiques et sur la compétence d'architectes-paysagistes pour encourager ou décourager des dynamiques en cours et certains acteurs jugés nuisibles ou utiles.

Cette étude pluridisplinaire analyse les politiques du point de vue des espaces et de la relation de la société à ceux-ci.

Par l'analyse comparée des deux sites français, sont montrés comment le classement de site (loi du 2 mai 1930) a permis de bloquer des paysages indésirables, comment les chartes de paysage des parcs naturels régionaux (loi du 8 janvier 1993) induisent un bon comportement et comment le projet de classement de réserve naturelle (loi du 16 juillet 1976) s'appuie sur les scientifiques en étendant l'accès au public.

Les représentations artistiques et littéraires jouent un rôle dans ces processus en tant qu'éventuels modèles de référence : abondantes et anciennes dans un site, elles sont rares et récentes dans l'autre (le marais), là où à l'inverse les pratiques et les représentations sociales sont les plus personnelles et diversifiées.

L'urbanisation, l'enfrichement, l'industrialisation sont rejetés au nom de la non-banalisation des espaces soumis à une pression urbaine.

En fin de compte, cette thèse met en évidence une modification des rapports entre la société et ses espaces avec le contrôle ou l'anticipation des évolutions par les textes juridiques et les acteurs locaux.
 
 
 
 
logo LAREP