Les pratiques du projet de paysage à l'échelle du grand territoire : L'estuaire de la Seine

 
 

Séminaire du jeudi 15 décembre 2011, ENSP Versailles

Exposé de Boris Menguy, paysagiste, chargé d'études à l'Agence d'urbanisme de la région du Havre (AURH) et de l'Estuaire de la Seine.
 
 
 
 
Estuaire de la Seine 510
 
 
 
 
Estuaire de la Seine © geoportail
 
 
 
 

Résumé

Boris Menguy a présenté la démarche de l'AURH sur le territoire des cinq pays de l'estuaire de la Seine : associée à des urbanistes et à des chercheurs, l'agence a pour mission de mettre en œuvre l'ambition métropolitaine autour de l'estuaire, qui remonte au Grand Paris en 2009 (notamment avec la décision, fin 2009, de créer une ligne LGV entre Paris et Le Havre). Il est revenu sur les caractéristiques paysagères, économiques, et programmatiques du territoire de l'estuaire et les enjeux principaux qui s'y rapportent.

La question de la perception de ce territoire par les populations, et de son manque d'attractivité, fut ensuite abordée par le biais de l'évolution des représentations (alternatives à la carte), et du tourisme : comment combiner les éléments singuliers pour construire une attractivité ? 

Enfin, le choix d'un modèle de développement opérant une rupture avec l'existant fut discuté : entre réindustrialisation (dans une optique de développement durable) et stratégie du « tout tourisme ». Seul un changement de culture, ou de paradigme, pourrait révéler les potentialités du territoire, comme par exemple avec des propositions telles que « énergie et culture de la mutation », « agriculture et culture de la compensation », « industrie et culture du risque », ou encore « bâtiments et culture de la réversibilité ».