Penser le campus par le paysage

 
 

Séminaire du jeudi 18 avril 2013, ENSP Versailles

Exposé de Bernadette Blanchon et Sonia Keravel
Répondant : Loic Vadelorge, historien contemporain, professeur à l'Université de Paris Est.

 
 
 
 
Penser le campus par le paysage

Campus Paul Valéry (Montpellier).
Photo : Angèle Denoyelle.
 
 
 
 

Résumé

« Penser le campus par le paysage » est une étude commanditée par le PUCA dans le cadre d'une convention avec l'ENSP. Le corpus de l'étude comprend 13 terrains, dont 6 plus approfondis.
Elle s'inscrit dans une réflexion plus large sur la recherche à partir de cas concrets. Le travail sur la méthode constitue un enjeu majeur de cette approche.

L'exposé de Bernadette Blanchon et Sonia Keravel a porté sur la lecture critique de projets de campus. Celle-ci consiste, à partir d'une situation concrète, à la déployer pour en comprendre toute l'ampleur, et à montrer notamment ce qui dans la situation est « invisible » (jeux d'acteurs, etc.). Elles ont décrit les trois étapes de leur travail de lecture critique, qui sont la description, l'enquête, et l'interprétation.

Le sujet majeur de l'étude de la dimension paysagère des campus, qui reste en assez méconnue à ce jour, tout comme le patrimoine des jardins et paysages datant d'après la seconde guerre mondiale. La description des campus est fondée sur trois échelles, qui correspondent à trois niveaux de lecture : le territoire, le quartier et ses espaces structurants, et enfin, l'échelle du corps, des pratiques, ou encore des usages du site.

« La critique elle-même fait projet, au sens où après avoir observé attentivement et déconstruit son objet d'étude, elle le reconstruit selon le sens qu'elle donne à cette lecture ».